Ă€ propos du DCAF

Le Centre pour le Contrôle Démocratique des Forces Armées – Genève (DCAF) est une organisation internationale basée en Suisse. Le DCAF assiste des États –  qu’il s’agisse de démocraties établies ou émergentes – dans le développement de la bonne gouvernance du secteur de la sécurité au sein d’un cadre démocratique et dans le respect de l’État de droit. Le DCAF fournit également un appui consultatif in situ et des programmes d’assistance pratique à des États visant à renforcer la gouvernance de leur secteur de la sécurité. Le DCAF travaille directement avec des gouvernements nationaux et locaux, des parlements, les sociétés civiles, des organisations internationales, ainsi que les forces de sécurité et de défense. 

Le DCAF comprend actuellement 61 États- membres dont, depuis juillet 2011, la Tunisie. Dans ses activités, le DCAF est guidé par les principes de neutralité, d’impartialité, de participation inclusive et d’appropriation locale.

En savoir plus

Espace Membres

Mot de passe oublié

Bienvenue sur le site internet du Fonds d’affectation du DCAF pour l’Afrique du Nord

Depuis 2011, plusieurs pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient ont vécu des changements politiques extraordinaires et turbulents.

Dans leur quête d'un avenir meilleur, les pays d'Afrique du Nord considèrent la réforme du secteur de la sécurité comme un élément clé pour assurer la transition démocratique, rétablir la confiance de la population envers l’État et ses institutions, et prévenir la violence.

En réponse à ces changements, les États membres du Centre de Genève pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF) ont créé en 2012 le Fonds d'affectation pour l'Afrique du Nord.

L'objectif du Fonds d'affectation est de répondre avec rapidité et flexibilité aux demandes d'assistance provenant des gouvernements de la Tunisie, de l’Égypte, de la Libye et du Maroc.

Pour ne citer que quelques exemples, le Fonds d’affectation soutient des programmes et des projets exhaustifs visant à améliorer le contrôle exercé par le Parlement, à renforcer l'accès des citoyens à l'information, à mettre en place des mécanismes de responsabilisation et à instaurer la confiance entre les citoyens et les autorités.